Menu Fermer

Qu’a révélé le panel de l’univers du Comic-Con@Home Star Trek ?

Modéré par Dominic Patten de Deadline Hollywood, le panel virtuel Comic-Con@Home de Star Trek est passé rapidement de l’accueil par les producteurs exécutifs, Alex Kurtzman et Heather Kadin, à des panels avec les acteurs de Star Trek : DécouverteStar Trek : Lower Decks, et se terminant par Star Trek : Picard.

Kadin a laissé tomber la grande révélation en début de séance, en annonçant le titre du nouveau membre de Star Trek, une toute nouvelle série animée intitulée Star Trek : Prodigecréé en partenariat avec Nickelodeon et destiné à un public plus jeune.

Kurtzman a également informé les fans de la progression de Star Trek : Strange New Worlds, sans doute la franchise la plus excitante pour les fans de longue date.

Alors que les conversations avaient commencé en 2019, il n’a pas pu faire part de cette annonce au SDCC l’année dernière. Cette année, il a été ravi de pouvoir confirmer que dix histoires ont été étoffées en vue de leur production (quand ce sera #GoAwayCOVID)

L’équipe a choisi de présenter un seul panel de l’univers Star Trek cette année afin de promouvoir la mission #StarTrekUnited, un effort de la famille Star Trek et de CBS pour sensibiliser les organisations qui sont essentielles en ce moment, comme Black Lives Matter et la NAACP.

Pour que cela soit clair, Sonequa Martin-Green, Michelle Hurd et Tawny Newsome se sont adressées directement à la cause du NAACP Defense and Educational Fund, auquel CBS All Access a fait un don au nom de l’univers Star Trek. Elles ont encouragé ceux qui pouvaient se le permettre à faire un don à naacpldf.org/startrekunited.

En fin de compte, Kurtzman et Kadin ont exprimé leur amour pour la franchise Star Trek comme une franchise importante dans la mesure où son message est un meilleur espoir pour un monde d’égalité.

La plus grande partie du panel était consacrée à Star Trek : Discovery, dont STILL n’a pas annoncé la date de première pour la saison 3.

La showrunner Michelle Paradise a effrontément laissé tomber le « Est-ce que cela arrivera la saison prochaine ? Qui sait ? » à plusieurs reprises. Sérieusement.

Aussi décevant que cela ait été de ne pas savoir quand nous reverrons Burnham et al sur nos écrans, il était incroyable de voir la plupart des acteurs réunis pour une lecture virtuelle du premier acte de Star Trek : Discovery Saison 2 Episode 14 animée par le réalisateur Olatunde Osyunsanmi.

Entrecoupé d’images de story-board esquissées et de rendus CGI bruts de l’action, avec une bande sonore appropriée et excitante, le tableau lu était étonnamment immersif, créant une grande tension.

Paradise a ouvert le Q&A avec une question générale sur la tradition de commentaire social et politique de Star Trek.

Sans exception, les acteurs ont fait part de leurs réflexions sur la nature ambitieuse de Star Trek, une franchise qui envisage un avenir pour l’humanité exempt de nombreux problèmes qui nous assaillent aujourd’hui.

« Anthony Rapp, qui joue le rôle du capitaine de corvette Stamets, a contribué à imaginer « un avenir et un monde où les gens sont appréciés pour ce qu’ils sont ».

De plus, comme l’ont fait remarquer d’autres membres de l’équipe, c’est un message que le travail n’est jamais terminé, que la mission n’est jamais achevée parce que, selon les mots de Mary Chieffo, « [il y a] des combinaisons infinies de diversité ».

Sonequa Martin-Green, qui incarne le personnage central Michael Burnham, a résumé leur discussion. « Cette vision de l’avenir nous rend responsables car le travail n’est pas terminé. J’espère que nous apporterons notre contribution à ce mouvement ».

Les acteurs ont répondu à quelques questions spécifiques à leur personnage, soumises à Paradise online.

Le plus amusant a probablement été pour Michelle Yeoh, l’incarnation de l’intimidante mais toujours divertissante Philippa Georgiou, à qui l’on a demandé comment Georgiou allait se sentir dans la saison 3 après avoir été arrachée au monde qu’elle connaît ENCORE.

« Vraiment énervé », déclare Yeoh sans équivoque. « Michael Burnham, ne te mets pas en travers de mon chemin. » Mais, avec un peu d’introspection, Yeoh admet aussi que Georgiou s’adapte toujours. C’est une survivante aux multiples talents qui peut être une alliée… ou une ennemie redoutable. Elle n’a jamais besoin de se battre pour le pouvoir, c’est juste intrinsèquement le sien.

(Pouvez-vous dire à quel point j’attends avec impatience la série de Yeoh basée sur la section 31 ? !?)

Se tournant vers l’équipage de l’U.S.S. Enterprise (pré-TOS), Paradise leur demande comment ils pensent que leur aventure de la saison 2 avec Discovery va les affecter, en avançant dans « d’étranges, nouveaux mondes » [pause pour les oohs et aahs à glisser cette référence comme un pro]

Ethan Peck, le dernier acteur à avoir endossé le rôle de Spock, a estimé que l’interaction de Spock avec sa soeur adoptive, Burnham, lui a donné la permission dont il avait besoin pour être humain, quelque chose de mi-humain, mi-vulcan, élevé comme un Vulcain, qui n’a jamais vraiment compris ou accepté de grandir.

En acquérant le cristal de temps la saison dernière, le capitaine Pike d’Anson Mount a vu sa fin comme un homme amer et paralysé. Sachant cela, Mount se demandait pourquoi quelqu’un voudrait voir son avenir. « Il y a une raison pour laquelle nous ne pouvons voir que notre passé. Nous sommes une espèce très névrosée. »

Le numéro un de Pike, joué par Rebecca Romijn, avait l’approche la plus zen du prochain chapitre de l’aventure de l’Entreprise. Ses espoirs pour Pike, Spock et Numéro Un ? « Se rendre à l’inconnu. »

Passant les rênes à Mike McMahan, le créateur et showrunner de la prochaine arrivée dans l’univers Star Trek, la comédie animée Star Trek : Lower Decks, le panel a pris un ton plus léger en tant que talent de voix derrière l’équipage de l’U.S.S. Cerritos.

McMahan, avec des références d’écriture impressionnantes comme Rick et Morty et South Park qui le soutiennent, a commencé par expliquer leur approche de cette série, qui se situe dans la chronologie de Star Trek juste après le film Nemesis et bien avant les événements de Star Trek : Picard.

« [Nous] avons essayé de l’insérer dans le canon, pour qu’il ne casse rien, mais nous avons essayé d’en faire quelque chose de nouveau en même temps. »

L’épisode pilote se déroule à la date stellaire 57436.2 (ou l’année 2380), et le clip qu’il a montré mettait en scène les Enseignes Boimler (voix de Jack Quaid) et Mariner (voix de Tawny Newsome).

L’humour ressemblait à celui de Rick et Morty, plus proche de la famille, mais il était plus rapide et plus décontracté que tout ce que nous avons vu de la part des officiers de Starfleet.

D’une part, l’enseigne Mariner est en fait et admet être ivre de whisky romulien. D’autre part, elle s’enivre avec un Boimler totalement désarmé, en utilisant un Bat’leth klingon qu’elle trouve. Des blessures s’ensuivent.

McMahan a ensuite présenté les acteurs et leur a demandé de décrire brièvement leurs personnages.

Newsome pense que Mariner lui ressemble beaucoup, qu’elle ne respecte pas toujours les règles, mais qu’elle est un membre d’équipage extrêmement compétent.

Quaid admet que Boimler est un intello de Starfleet dont le rêve d’obtenir un grade de passerelle signifie qu’il essaie d’être le plus conforme possible aux règles.

L’enseigne Rutherford d’Eugene Cardero est un cyborg et un technicien de pointe. Il aime donc le fait qu’il soit à moitié composé de mécaniciens.

L’enseigne Tendi est enthousiaste à propos de tout, déclare Noël Wells. L’enseigne à la peau verte du service médical est imperturbable et incroyablement optimiste.

Bien que le spectacle doive se concentrer sur les quatre enseignes, il y a évidemment une équipe de pont composée d’officiers de haut rang pour diriger le navire.

Dawnn Lewis parle du capitaine Carol Freeman, qui se prend « très, très au sérieux », même si Dawnn Lewis a souvent l’impression de ne pas avoir le contrôle.

Le commandant Jack Ransom est un officier en second avec un fusible court, dit la voix Jerry O’Connell. Il le décrit comme un officier pas facile à travailler et pourtant il se soucie profondément de Starfleet. De plus, O’Connell est presque sûr que certaines choses que dit et fait Ransom ne seraient jamais diffusées dans une autre émission de Star Trek.

(McMahan a ajouté ici que, étant donné que Lower Decks serait la première émission comique de Star Trek, la décision a été prise de laisser l’équipage être juste des personnes. Il a également souligné que O’Connell ne joue pas seulement un numéro un, mais qu’il est également marié à une numéro un, Rebecca Romijn).

Le lieutenant Shaxs (Fred Tatasciore), un officier de sécurité dont l’instinct est de toujours tirer le premier, et le docteur T’Ana (Gillian Vigman), un excellent médecin malgré son terrible comportement de chevet.

Lorsqu’on leur a demandé ce qu’ils préféraient dans le rôle de Starfleet et quel était leur passage préféré de la saison 1, les acteurs ont été si ouverts qu’on leur a demandé à plusieurs reprises d’envoyer des spoilers.

(Ce serait le plus grand inconvénient des panels virtuels à mon avis. Les choses juteuses que les panels virtuels laissent tomber sont l’une des plus grandes joies de la participation aux conventions).

McMahan et les acteurs ont exprimé leur confiance dans Star Trek : Lower Decks, qui s’adresse à un public qui n’a pas encore eu l’occasion de se familiariser avec l’univers de Star Trek.

Wells a ajouté qu’il y a beaucoup de choses à apprécier pour les personnes qui aiment l’animation et les récits sombres et comiques.

Au fait, TV Fanatic va récapituler et revoir chaque épisode de Star Trek : Lower Decks ! N’oubliez pas de nous faire part de vos commentaires sur cette nouvelle incursion dans le monde de Trek !

Le dernier acte du panel de l’univers de Star Trek a été confié à la distribution de Star Trek : Picard et comprenait toute la distribution principale.

Après une première saison triomphale, les acteurs – dont beaucoup reprenaient des rôles de Star Trek : The Next Generation – ont partagé leurs réflexions et leurs sentiments sur l’accueil réservé à cette série.

De tous les groupes impliqués dans ce panel, le casting de Picard semblait vraiment capturer les douces plaisanteries de nervures et de course que les panels en direct impliquent habituellement.

C’est à Marina Sirtis que revient le mérite d’avoir donné le coup d’envoi, en rappelant à Sir Patrick Stewart qu’il a passé la première moitié de leur production à apprendre les noms de tout le monde. Il n’a jamais eu l’occasion d’apprendre les noms de famille, admet-il. « Nous le permettons », affirme Sirtis, « parce que vous êtes très vieux ».

Entre le débat sur le surnom préféré de Patrick Stewart (ICYMI, c’est « P-Stew ») et les nombreux candidats au titre de « Space Cowboy », le sentiment dominant du panel était qu’ils étaient reconnaissants de faire partie de ce nouveau chapitre.

P-Stew était évidemment la voix la plus pertinente sur ce point. « Revenir au personnage était la bonne décision », a-t-il déclaré.

Il a expliqué que les deux heures de présentation de l’émission l’ont attiré avec son projet de ne pas seulement faire revivre le monde de Star Trek : The Next Generation, mais d’illustrer les années qui ont passé et comment le monde a changé.

De plus, Picard lui-même n’était pas le même homme. Ce Picard est déçu, triste, coupable, en colère et potentiellement dangereux.

Parmi les quelques questions que le modérateur Patten a pu aborder, celle qui portait sur la fermeture trouvée pour Data et Picard à la fin de la saison 1 était réfléchie.

Spiner a déclaré que, bien qu’il ait « endormi ou fait exploser Data » il y a de nombreuses années, il a eu l’impression que Nemesis était une sorte de fermeture, mais que Star Trek : Picard permettait un type différent et attribue aux équipes d’écriture des deux productions la création de scènes étonnantes.

L’analyse que fait Stewart du dernier souhait de Data en dit long sur la valeur de la vie elle-même. Afin de réaliser le souhait de Data d’être vraiment humain, sa vie devait prendre fin car c’est ce qui donne de la valeur au temps que l’on passe à vivre. C’est le fait de savoir que la vie est terminale qui rend la vie importante.

Qu’en pensez-vous ? Quelles questions auriez-vous posées à l’un de ces moulages si vous en aviez eu l’occasion ?

Cet article a été rédigé par Diana Keng et traduit par LesBoxTV.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. LesBoxTV.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.